Lombricomposteur : mise en route et entretien

entretien lombricomposteur

Ca y est, vous avez soit fabriqué votre lombricomposteur soit acheté tout fait. Il est là, il est prêt, il est beau mais… Comment on commence ? Comment on entretient cette chose ?

Pas de panique, ce n’est pas si compliqué ! Voyons tout ça ensemble.

Mise en route du lombricomposteur

Préparer le lombricomposteur

Déjà, il faut créer un environnement favorable pour vos vers. Je ne sais pas comment cela se passe pour les lombricomposteurs tout faits, mais dans notre cas nous avons mis un « tapis » sur le fond du bac dans lequel il y aura les vers.

En effet, les trous sont quand même grands et les vers pourraient vouloir visiter ce nouvel environnement et tomber dans le bac du dessous. Pour éviter cela, nous avons donc mis un carton humidifié qui va un peu « boucher » les trous du fond le temps que les vers s’installent et n’aient plus envie d’aller voir en bas.

Ensuite, il faut préparer la litière, l’endroit où ils vont atterrir au début et commencer à se mettre à l’aise. Pour cela, il faut un savant mélange de terreau (non traité), de carton/papier (beaucoup de rouleaux de PQ/sopalin pour nous) et de déchets organiques genre épluchures (il ne faut pas en mettre beaucoup au départ). Vous mettez tout ça, vous humidifiez bien et voilà ! Vous devez avoir un texture humide mais pas dégoulinante non plus.

Par dessus tout ça, vous pouvez ajouter des feuilles de papier journal qui vont faire office de « tapis » et réguler l’humidité. Nous ne l’avons pas fait et tout le monde se porte bien mais c’est bon à savoir.

Placer le lombricomposteur

Attention, les vers sont quand même « précieux » : ils n’aiment ni le chaud, ni le froid, ni le bruit, ni la lumière… Il y a donc quelques règles pour placer votre lombricomposteur :

  • pour la température : les vers sont au taquet entre 15°C et 25°C, sinon ils sont au ralenti. Ils peuvent même mourir en dessous de 5°C et au-dessus de 30°C. Essayer donc de les placer à un endroit où ils ne seront pas en plein soleil en période de canicule et où vous pourrez les couvrir un peu s’il fait trop froid. Nous, ils sont en intérieur, dans le dressing (oui oui) et ils sont heureux comme tout
  • Pour la lumière : il faut éviter de les exposer trop à la lumière car ils détestent ça !
  • Pour le bruit : ils n’aiment pas trop ça non plus, un endroit calme est idéal
  • Pour l’aération : pour éviter les mauvaises odeurs, il faut un endroit bien aéré

Le temple du compostage est prêt ! Il faut maintenant ajouter les vers.

Ajouter les vers

Attention, ce ne sont pas des vers de terre standards, ils sont plus « exotiques » que ça. Il faut donc des vers spéciaux pour compostage !

Si vous n’en avez pas, vous pouvez en acheter sur des sites comme celui-ci. Mais il existe également des plateformes gratuites où les gens donnent généreusement un échantillon de leurs vers, la plus connue étant Plus2Vers. Personnellement, c’est un collègue qui m’a dépannée.

Mettez-les rapidement dans votre litière, ils sont fragiles et plus le transport est court, mieux c’est.

Ensuite, laissez les faire leur vie pendant environ 15 jours. Il faut qu’ils s’adaptent et qu’ils mangent ce qu’il y a déjà dans la litière.

Les premiers mois

Votre lombricomposteur va mettre quelques mois à prendre sa vitesse de croisière. Pendant ces premiers mois, il faudra apporter de la nourriture de façon progressive. Plus vous aurez de vers, plus vous pourrez « charger » la mule. Concernant les aliments, nous verrons plus bas ce que vous pouvez mettre ou non. Dans tous les cas, surtout au début, coupez vos aliments en morceaux d’environ 2 cm. Ce n’est pas indispensable mais cela fonctionnera beaucoup mieux !

Ensuite, il faut également faire attention à l’humidité. Par la suite, vos déchets apporteront suffisamment d’humidité. Mais au début, il faut aider un peu le système et humidifier tout ça si besoin.

Entretien du lombricomposteur

Que mettre dans le lombricomposteur

Pour ce qui est de la nourriture, vous ne pouvez pas mettre non plus tout et n’importe quoi ! Voici, globalement, ce que mangent vos vers :

  • Fruits et légumes : les épluchures, les morceaux, les tiges, les pépins… Il faut éviter ce qui est traité*, la rhubarbe, l’oignon, l’ail, le poireau, l’échalote, les agrumes, l’ananas. Pour ce qui est très épais ou lent à se décomposer, c’est autorisé mais la dégradation sera longue
  • Féculents : pain, croûtes, riz et pâtes (mais sans sauce et sans corps gras)
  • Papiers et cartons : boite à œufs, rouleau de PQ/sopalin, essuie-tout, mouchoir, papier journal, sciure. Eviter le papier glacé et les feuilles très imprimées
  • Coquilles d’œufs broyées
  • Café, filtre, sachet de thé, tisane
  • Fleurs fanées

Il faut donc éviter :

  • Agrumes, oignon, ail, échalotte, poireau
  • Les produits animaux (hors coquilles d’œuf)
  • Toutes les matières grasses, salées, vinaigrées, épicées
  • Le tabac, les cigarettes, les tontes de gazon, les produits du jardin en général

* : petite précision pour notre cas, nous avons dû arrêter de manger bio pendant un certain temps. Les vers ont donc eu plusieurs mois d’épluchures de produits non bio (mais lavés). Et ils se portent très bien ! Ils se reproduisent à foison et grouillent de partout.

Vous pouvez laisser un peu les aliments se dégrader (dans des « pré-composteurs » par exemple) avant de les ajouter. Cela permettra de « ramollir » un peu la nourriture des vers et puis cela vous épargne des aller-retour quotidien.

Récolter le percolat

Le percolat est le « jus » qui se trouve dans le bac du bas. C’est un super engrais liquide. Pour le récolter rien de plus simple si vous avez mis un robinet. Sinon, il suffit d’ouvrir le système et de transvaser le jus.

Vous pouvez utiliser ce jus comme engrais liquide après dilution dans 10 à 20 volumes d’eau. Vous pouvez conserver cet engrais entre 6 mois et 1 an.

Récolter le lombricompost

Après quelques mois, le premier étage de votre lombricomposteur sera probablement plein de matière bien dégradée (le compost) et il sera temps de récolter.

Pour cela, deux stratégies.

Faire migrer les vers grâce à la nourriture

Le principe est simple : les vers vont délaisser la partie « compostée » que vous n’allez plus alimenter pour aller vers de la nourriture fraiche. Soit vous poussez votre compost dans un coin et vous n’alimentez que l’autre coin en nourriture, soit vous mettez l’étage du dessus et vous ne mettez de la nourriture que dans cet étage (les vers vont migrer dans l’étage supérieur, vous pouvez les aider en faisant en sorte que le compost de l’étage du dessous soit en contact avec le fond du bac du dessus).

Quelques semaines après, les vers auront délaissé la partie compostée.

Avec le système à étage, vous pouvez même faire fuir les derniers vers en mettant l’étage du dessous au dessus, en ouvrant en pleine lumière et en enlevant le compost petit à petit. Fuyant la lumière, les derniers vers restants iront s’enfouir dans l’autre bac.

Faire fuir grâce à la lumière

Les vers détestent la lumière. Vous pouvez donc jouer là-dessus pour les « trier ».

Arrêtez de donner à manger aux vers pendant quelques temps (une ou deux semaine(s)). Videz le bac en pleine lumière et faites des tas.

Enlever le dessus des tas, petit à petit. À chaque fois, les vers iront plus profond pour fuir la lumière. À la fin, à la base des tas, nous n’aurez quasiment plus que les vers. Remettez les alors dans un bac avec une nouvelle litière et un peu de lombricompost. Et c’est reparti !

Ce compost est très humide et très riche. Vous pouvez le faire un peu sécher ou le mélange à de la terre sèche. Il se conserve 6 mois.

Quelques soucis et leurs solutions

Comment faire si on part en vacances ?

Vous pouvez partir assez facilement jusqu’à 3-4 semaines. Dans ce cas, il suffit d’apporter beaucoup plus de nourriture que d’habitude aux vers pour qu’ils aient de quoi de tenir. Assurez-vous aussi qu’ils ne mourront pas de chaud, de froid, noyés sous la pluie ou d’asphyxie ! Si vous partez plus longtemps, il faudrait que quelqu’un vienne leur donner à manger.

Mauvaises odeurs…

Ce n’est pas normal ! Le lombricomposteur peut sentir un peu « l’humide » quand on l’ouvre mais il ne doit pas dégager une forte odeur.

S’il y a une odeur de pourri, c’est que les aliments sont effectivement en train de trop pourrir. Il y en a peut-être trop par rapport à la quantité de vers, essayez d’en mettre moins.

Si cela sent l’ammoniac, c’est qu’il y a trop d’azote. Ajoutez alors du papier/du carton.

Si c’est une odeur d’œuf pourri, c’est que le système est mal aéré. Remuez un peu la litière, aérez un petit peu et ajouter du carbone. Vérifiez que les liquides s’écoulent bien aussi.

Les vers partent !

S’ils essaient de sortir, c’est qu’ils sont malheureux. Ils manquent soit d’eau, soit d’aération, soit au contraire le milieu est trop humide. Ajoutez de l’eau ou du carton, selon le problème.

Il y a des bestioles…

Ca aussi, c’est normal. Tout ce système est consistitué de plein d’organismes et il peut y avoir des « collègues » avec les vers. Si cela est gênant, comme pour les mouches et moucherons par exemple, il faut revoir un peu l’alimentation.

Pour les mouches, il faut limiter les déchets sucrés (surtout l’été) et les enfouir immédiatement sans les laisser se décomposer à la cuisine. Ce sera déjà ça de moins…

Par contre, pas de panique s’il y a du moisi : c’est normal !

Voilà, vous savez tout ce que je sais sur les lombricomposteurs. C’est vraiment un outil pratique et simple d’utilisation. Cela valorise vos déchets, évite les poubelles qui fouettent l’été et en plus, vous avez un super engrais pour vos plantes !

Et même moi qui déteste les insectes en tout genre j’arrive à apprivoiser ces petites bêtes. N’hésitez plus, sautez le pas !

Aline Terandal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.