Graines ou plants : que choisir ?

graines ou plants

Saluuut !

Ca y est, vous avez bien préparé votre potager, vous êtes prêts à attaquer ? Merveilleux ! Vous vous rendez dans votre jardinerie préférée et là, c’est le dilemme : vaut-il mieux acheter des graines ou des plants ?

Prenons quelques minutes pour envisager ensemble les deux options.

Les graines : plus économique, plus gratifiant mais plus compliqué

Faire ses semis soi-même, ça veut dire partir de graines, les planter dans un petit pot, les chouchouter jusqu’à ce qu’elles soient assez grandes. Cela s’oppose au fait d’acheter directement des plants, plus forts, plus vigoureux, qui ont quelques semaines d’avance.

Les avantages de faire ses semis

C’est moins cher

Le premier avantage des semis c’est avant tout qu’ils sont beaucoup plus économiques. Pour des prix similaires à ceux des plants, vous avez BEAUCOUP de graines qui peuvent chacune donner un plant. Pour la même somme vous pourrez donc avoir largement de quoi remplir votre potager, même si l’on compte quelques pertes puisque tout ne va pas pousser.

Si vous vous démerdez bien, vous pourrez même récupérer les graines de vos fruits à chaque fois, que vous pourrez semer l’année d’après et ainsi de suite. L’apport initial financier pour des années de potager sera donc minimal.

Plus de liberté

Le deuxième avantage des graines, c’est qu’elles offrent bien plus de choix. Vous aurez beaucoup plus d’options de légumes, de variétés, bio ou pas bio… Vous pourrez aussi les acheter et choisir le moment idéal pour les semer, là où les plants devront être plantés rapidement après l’achat. Les graines offrent donc beaucoup de liberté, dans le choix de ce que vous semez et dans le timing.

C’est motivant

Les semis sont presque ce que je préfère au potager. Je trouve ça fou de semer une petite graine et de voir, quelques jours plus tard, une petite pousse pointer le bout de son nez sous la terre. En quelques jours/semaines, vous obtenez quelque chose d’immense par rapport à la toute bébé semence que vous avez mis en terre.

Je trouve ça génial. C’est très peu compliqué à réussir et c’est tellement gratifiant… Tous les jours, en un coup d’oeil, vous pouvez voir vos petits bébés grandir ! Un vrai rituel pour les amateurs 😉

Ne pas faire ses propres semis enlève, je trouve, quelque chose à l’expérience potager. Toutefois, ce n’est pas adapté à tout le monde. Il y a aussi des contraintes…

Les inconvénients des graines

Le principal problème avec les graines, c’est que ça demande du temps, de l’envie et un peu de place. Surtout si vous faites des semis en intérieur… Il va falloir des petits pots, potentiellement de quoi faire un mini-serre, une zone exprès pour ça…

Il faut régulièrement un tout petit peu les arroser, vérifier que la température soit bonne, que l’humidité soit correcte… Bref, ça demande de l’attention. Ca ne représente pas des heures entières chaque jour mais si c’est le genre de truc qui vous gonfle l’expérience peut devenir désagréable.

C’est aussi un délai de pousse qu’il faut prendre en compte. Pour en arriver au stade de la plante vendue en magasin et prête à être mise en terre, il faut des semaines d’attente ! Evitez donc de commencer vos semis de poivrons en aout 😉

Pour moi, faire ses propres semis est une option quand on aime ça. Si le jardinage vous gonfle, je pense qu’il vaut mieux passer directement aux plants tout prêts. Mais des fois vous n’aurez pas le choix. Pour certains légumes, comme les carottes ou les radis, il n’y a pas d’autre choix que passer par les semis…

Si vous voulez vous y essayer, je ne peux que vous conseiller les radis, la roquette, les courgettes ou encore les petits pois. Ce sont des semis qui prennent en général très bien, ça pousse vite, c’est très gratifiant et motivant 😉

Choisir ses semences

Personnellement, je ne choisis que des semences de variétés locales, bio, non-hybrides et si possible anciennes. Pourquoi ?

Le bio parce que cela évite que les graines soient pleines de pesticides. Locales parce que tant qu’à faire, autant prendre des choses qui se plaisent bien sous mon climat. Anciennes parce que je trouve que ce sont toujours des légumes rigolos 😀

Mais surtout, pas hybrides ! Les variétés hybrides se reconnaissent par le terme « F1 ». Elles sont en gros issus de croisements et de sélections pour être les plus productives et résistantes possibles. Une bonne option si vous démarrez et que vous n’avez pas confiance en vous, donc !

Mais il y a un revers à cette médaille de la facilité. Tout d’abord, les hybrides sont réputées moins goûteuses que les non-hybrides. Je n’ai jamais eu l’occasion de comparer les deux donc je ne saurais dire, mais ce sont les bruits de couloir du milieu potager…

En plus, vous ne pouvez pas récupérer les graines des variétés hybrides. Enfin si. Les variétés hybrides se reproduisent peu ou en tout cas très difficilement et de façon assez instable. Vous pourrez globalement espérer récupérer les graines de vos légumes pour refaire une production l’année suivante. Mais c’est à peu près tout. Dès la deuxième année, vous n’arriverez pour ainsi dire plus à rien…

Vous perdez donc tout l’avantage financier des semis puisqu’il faudra racheter des graines presque chaque année !

C’est un choix qui vous appartient mais personnellement, j’adore le fait de pouvoir en récupérer les graines pour faire mes semis l’année suivante.

Les plants : solution de facilité

La deuxième option consiste à choisir des plants déjà tout beaux tout forts et de les planter directement.

Pour certaines récoltes du potager, comme pour les fraises, vous n’aurez d’autres choix que de passer par là de toute façon. Mais il y a d’autres raisons qui peuvent vous motiver à choisir cette solution.

La principale est que c’est bien plus rassurant. La plante est déjà prête, vous pouvez la voir, elle est en forme, elle a déjà réussi la première étape de sa vie.

Personnellement, je ne trouve pas cela forcément rassurant pour autant. J’ai vu bien plus de plants dépérir en étant traumatisé du changement pot-potager que de semis ratés. J’ai donc l’impression que les semis ont quand même, dans le lot, une plus grand chance de réussite. Mais ce n’est que mon avis !

Si vous êtes inquiets de vos compétences ou si vous ne voulez pas vous embêtez avec tout le bazar que représentent les semis, vous pouvez prendre des plants.

Vous pouvez aussi prendre des plants si vous êtes en retard sur la saison. Si vous vous réveillez en été et qu’il est un peu tard pour semer vos tomates, l’option plant est une bonne solution.

Mais il y a, je trouve, des inconvénients aussi avec cette solution. Déjà, le choix est en général moindre. Sur internet vous pouvez trouver beauuucoup plus de choses qu’en jardinerie mais vous n’avez pas la plante sous vos yeux. C’est aussi bien plus cher ! En général le même prix que plusieurs dizaines de graines.

En fait, c’est un peu la solution « simple », si vous n’avez pas l’envie, le temps ou la place de faire vos semis.

Je pense que la réponse se trouve là : de quoi avez-vous envie ? Si vous voulez vous mettre au potager parce que vous trouvez ça cool de faire pousser des trucs et que l’expérience vous tente, alors foncez pour l’option semis. Si clairement ça vous gonfle et que vous voulez juste des fruits et des légumes à la fin de la saison avec le moins d’efforts possibles, alors les plants peuvent bien fonctionner pour vous.

Moi je trouve qu’il n’y a rien de plus mignon qu’une petite pousse qui pointe le bout de son nez quelques jours après le semis. Et la voir devenir, au fil des jours et des semaines, une vraie plante potagère qui va donner pleeeeeiiin de légumes est une expérience formidable !

À vous de faire un choix 😉

Aline Terandal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.